Petite réflexion sur la campagne de pub du SCF

Olivia

« Quand tu me dis quoi faire, quoi penser
Quand tu fouilles dans mon cell
Dans mon compte Facebook
Quand ton chum t’empêche de sortir avec nous
Quand il te fait encore du chantage
Quand tu me fais sentir coupable
Quand tu me fais peur
Que tu me cries que je suis pas bonne
Quand tu joues dans ma tête
Que je finis par croire que c’est de ma faute

Parce que quand il t’humilie, quand il t’isole, te contrôle,

C’EST DE LA VIOLENCE CONJUGALE. »


Donc, si, la violence conjugale, c’est ça…

Si la violence conjugale n’a pas besoin d’impliquer des coups…

Alors pourquoi vise-t-on principalement les hommes, alors que toutes ces formes de violence sont extrêmement répandues du côté des femmes?

Des femmes qui disent quoi faire et quoi penser à leur chum, qui fouillent dans leur cell et leur Facebook, qui font du chantage, qui menacent, qui crient, qui humilient, c’est tellement répandu que je ne serais pas surprise qu’il y ait plus d’hommes qui en soient victimes que de femmes. C’est d’ailleurs, à mon avis, la forme la plus répandue de violence féminine dans le cadre du couple. Et des hommes qui en auraient long à dire à ce sujet, il y en a des masses.

Mais a-t-on des chiffres sur ces violences féminines? Bien sûr que non: ça ne laisse pas de marques. Et on ne va pas au poste de police parce que notre blonde nous humilie. Et on ne fait pas de hashtag non plus.

Règle générale, les hommes ne vont pas porter plainte parce qu’ils sont contrôlés par leur conjointe, parce qu’elle fouille dans leur cell, ou les empêche de sortir, etc. Et ils ont bien raison. Pourquoi? Parce qu’ils sont adultes, et qu’ils devraient donc être en mesure de s’occuper de leurs propres affaires, de se protéger eux-mêmes, de se défendre eux-mêmes, de se faire respecter eux-mêmes dans leur couple… ou de partir si ça ne convient pas du tout!

L’état, la police, les tribunaux, ne devraient pas venir se mêler de ces choses-là.

Et il devrait en être de même pour les femmes, qui sont elles aussi, majeures. Adultes. Pourtant, on suggère dans cette pub qu’une femme devrait se plaindre de violence conjugale parce qu’on la manipule ou qu’on l’humilie, et on suggère aussi, dans d’autres pub de cette série, qu’une femme devrait se plaindre d’être agressée sexuellement par une blague ou un regard insistant même lorsque commis par un homme qui n’est pas du tout en situation d’autorité sur elle. Et c’est ainsi qu’on infantilise la femme en toute impunité. On la considère incapable de se défendre, de remettre à sa place un homme, de réagir adéquatement à un comportement déplacé.

Je ne crois pas que la solution sera d’infantiliser les hommes en retour

1 thought on “Petite réflexion sur la campagne de pub du SCF”

  1. Ça me rappel une pub pour les jeunes, lorsque j’étais moi même plus jeune. Et que j’aimerais bien retrouver. Le titre était « La violence, c’est pas toujours visible, mais ça fait toujours mal ». Sauf que, les seuls images en étaient de violence d’hommes envers les femmes. Dans ce cas des ados hommes envers des ados femmes. Pourquoi ne pas montrer de la violence homme sur femme, homme sur homme, femme sur homme, femme sur femme? Toutes des violences que l’on rencontre dans la vie de tous les jours.

    On ne règle rien en agissant de la sorte. Ce n’est pas une question d’être « égal ». C’est une question de bien représenter la réalité. Les femmes sont tout aussi capable que les hommes de violence non visible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *